L’administrateur général des données (AGD)

L’administrateur général des données (AGD) est institué par le décret n°2014-1050 du 16 septembre 2014. Il est placé sous l’autorité du Premier ministre.

Il s’appuie en grande partie sur la mission Etalab, et collabore avec d’autres départements de la DINSIC ainsi qu’avec un réseau constitué au sein de différentes administrations (DGFIP, CGDD, MEAE, DREES, DILA, Ministère de la Justice, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche).

Missions

L’administrateur général des données (AGD) coordonne l’action des administrations en matière d’inventaire, de gouvernance, de production, de circulation et d’exploitation des données par les administrations

L’AGD organise, dans le respect de la protection des données personnelles et des secrets protégés par la loi, la meilleure exploitation de ces données et leur plus large circulation. Cette mission s’articule autour de trois objectifs :

  • évaluation des politiques publiques ;
  • amélioration et transparence de l’action publique ;
  • stimulation de la recherche et de l’innovation.

En concertation avec les administrations concernées, l’administrateur général des données :

  • Propose au Premier ministre des stratégies d’exploitation des données produites, reçues ou collectées par les administrations dans le cadre de leurs missions de service public, y compris en s’appuyant sur des entreprises innovantes ;
  • Développe l’usage des sciences des données au sein des administrations en élaborant les outils et la méthodologie nécessaire à leur exploitation ;
  • Adresse ses recommandations à la direction interministérielle des systèmes d’information et de la communication de l’Etat (DINSIC) en matière de cadres techniques de référence pour accroître l’interopérabilité des systèmes d’information et des données. Il peut en outre travailler à la sémantisation des données ;
  • Conduit des expérimentations sur l’utilisation des données pour renforcer l’efficacité des politiques publiques, contribuer à la bonne gestion des deniers publics et améliorer la qualité des services rendus aux usagers.

L’administrateur général des données peut être saisi par toute personne de toute question portant sur la circulation des données, à l’adresse e-mail saisine.agd@data.gouv.fr.
Les entités de droit privé chargées d’une mission de service public peuvent le saisir pour avis de toute question liée à l’utilisation par leurs services des données des administrations.

Après s’être concerté avec les ministres, il propose au Premier Ministre la position française en matière de données défendue dans les négociations et les organisations internationales.

L’administrateur général des données remet chaque année au Premier ministre un rapport public sur l’inventaire, la gestion, la production et l’exploitation des données par les administrations.


Actions menées

1- Autorité et conseil : faire évoluer le cadre juridique, conseiller en matière de stratégies de données

  • Elaboration et évolution de la norme (cadre légal et réglementaire, textes européens), doctrine
  • Elaboration de feuilles de route et de stratégies de données : gouvernance, inventaire et connaissance des données, circulation des données (open data, accès aux données d’autres administrations, APIfication…), exploitation des données…
  • Compréhension des enjeux et obligations relativement aux algorithmes publics

2 – Accompagnement des administrations : animation de communautés, appui, expérimentations

Un marché-cadre pour les datasciences

Un marché-cadre a été établi en 2015 pour renforcer l’appui fourni aux administrations en matières de datasciences. Les ministères peuvent donc utiliser ce véhicule pour mener des projets de datasciences. Cet appui couvre différents aspects :

  • recherche et exploration de données ;
  • analyse de données ;
  • modèles prédictifs ;
  • détection de signaux faibles ;
  • classifications et restitution des résultats adaptés selon le besoin (tableaux de bord, outils d’aide à la décision, data-visualisation).

Le dépouillement des nombreuses offres reçues a été réalisé avec le concours de plusieurs ministères et de l’Agence nationale pour la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) qui interviendra également dans la rédaction et l’attribution des marchés subséquents. La sélection s’est opérée sur les compétences techniques des entreprises et sur leur caractère innovant. Considérées comme des vecteurs de réussites de l’appui de la DINSIC en matière de science des données, la capacité à travailler en mode agile ainsi que la garantie que les entreprises transfèrent leurs compétences ont aussi été des critères de sélection.

Les prestataires sont systématiquement pilotés par les équipes d’Etalab et de la DINSIC, qui apportent leur expérience des projets de modernisation par la donnée. Un cadre sécurisant pour les administrations et pour les citoyens a également été établi à cette fin (notamment en matière de protection des données). Les 10 prestataires retenus ont été publiés au BOAMP : Voir la liste détaillée des attributaires

Exemples de projets utilisant des datasciences

Pour améliorer l’emploi
Pour fournir des outils d’aide à la décision dans le domaine de l’énergie
Pour renforcer l’efficacité des services publics
Pour mieux détecter et aider les entreprises en difficulté

Le réseau des administrateurs ministériels des données

L’équipe d’Etalab constitue la principale « cellule opérationnelle » de l’AGD. D’autres départements de la DINSIC contribuent également à la réalisation des missions de l’AGD, dont le modèle d’action repose sur des relais et une « fonction distribuée » au sein des administrations.

Un réseau d’administrateurs des données dans les ministères a également été constitué : des administrateurs ont d’ores et déjà été nommés dans les administrations suivantes :

Ce réseau se réunit régulièrement pour échanger sur les grands chantiers.

Un réseau de datascientists dans l’administration

De plus en plus d’administrations constituent par ailleurs des équipes dédiées à la donnée, créent des « datalabs » recrutent des datascientists… Etalab contribue à mettre en relation et animer cette communauté, a lancé des réunions régulières de partage d’expérience autour des projets de datasciences dans les administrations.

De nombreux défis du programme Entrepreneurs d’Intérêt Général – initié et géré par Etalab – sont par ailleurs des sujets de data sciences ou sont des problématiques liées aux données, la communauté des « EIG » vient ainsi renforcer ce réseau en apportant son savoir-faire et en partageant son expérience.

3 – Plateformes : mettre à disposition des ressources et opérer des services

Etalab oeuvre également à la mise à disposition d’un maximum de ressources (données, APIs, codes sources…) exploitables par des tiers dans une « logique d’Etat-plateforme ».

La DINSIC administre notamment la plateforme d’open data www.data.gouv.fr ainsi que ses déclinaisons sectorielles (transport.data.gouv.fr, cadastre.data.gouv.fr, adresse.data.gouv.fr, entreprise.data.gouv.fr)

Elle est notamment en charge de la mise en oeuvre du service public de la donnée et des données de référence instauré par la Loi pour une République numérique.