[:fr]9 juin et 28 juin : Deux évènements pour mettre les algorithmes publics en débat[:]

[:fr]

Etalab poursuit son exploration des algorithmes publics, initiée avec la préparation de la loi pour une République numérique, l’ouverture du code source du calculateur des impôts et la mission sur les conditions d’ouverture d’Admission Post-bac.

Nous organisons au cours du mois de juin une table ronde et une journée d’études pour échanger sur les enjeux des algorithmes pour l’action publique : Comment rendre les algorithmes de la sphère publique plus responsables et plus compréhensibles pour ceux qui les utilisent ?

9 juin – table ronde « Code is Law: comment rendre les algorithmes publics plus responsables ? »

Le débat sur la responsabilité et la loyauté des algorithmes des géants du numérique fait rage. Mais qu’en est-il pour ceux développés par les administrations ? Les citoyens sont exposés, parfois même sans le savoir, à des traitements algorithmiques dans leurs relations avec des administrations. S’appuyant sur l’expertise d’Etalab sur l’ouverture d’Admission Post-Bac et du calculateur des impôts, cette session explorera les défis posés par l’utilisation des algorithmes pour la conduite de l’action publique. Avec l’intervention de Nozha Boujemaa (directrice de recherche Inria, responsable du projet Transalgo), Cécile Le Guen (datactiviste, évaluatrice indépendante de la France dans le cadre du Partenariat pour un gouvernement ouvert), Thierry Marcou (responsable du projet NosSystèmes à la Fondation Internet nouvelle génération) et Simon Chignard (Etalab).

28 juin – journée d’études « Admission Post-bac, cas d’école des algorithmes publics »

Le 28 juin de 9h à 18h, la mission Etalab et la Fondation Internet nouvelle génération organisent à la Maison des Sciences de l’homme Paris Nord (Saint-Denis), avec le soutien d’EdFab Cap Digital, une journée d’études et d’échanges : « Admission Post-Bac, cas d’école des algorithmes publics« .

Admission Post-Bac (APB) est chaque année le passage obligé pour 850 000 lycéens qui souhaitent poursuivre des études supérieures. Ce dispositif qui distribue les élèves dans les formations qu’ils ont sélectionnées, génère chaque année auprès des élèves et de leurs familles inquiétudes et angoisses légitimes. Force est pourtant de reconnaître que, malgré les critiques, l’infrastructure robuste et critique d’APB fait relativement bien ce qu’on lui demande de faire.  

Par son ampleur, par le nombre de personnes qui participent de ce traitement algorithmique annuel, APB fait figure de cas d’école des défis que les algorithmes posent à la conduite de l’action publique. Reste, que s’il est un modèle, il est aussi perfectible. Comment rendre le système plus compréhensible à l’ensemble des acteurs concernés ? Comment intégrer en amont les exigences de transparence et de redevabilité (accountability by design) ? Comment faire converger plus étroitement la loi qui préside au fonctionnement d’APB et son code informatique (code is law) ?  

Pour participer : Inscription et programme de la journée « Admission Post-Bac, cas d’école des algorithmes publics »

Les objectifs de cette journée: utiliser le cas d’APB comme un support à une discussion sur le rôle et les défis posés par l’utilisation d’algorithmes dans la sphère publique, éclairer le sujet sous plusieurs angles: technique, juridique, sociologique en donnant la parole à ceux qui ont conçu, pratiqué et/ou étudié APB, alimenter le débat et la réflexion des acteurs et initier la discussion sur l’amélioration d’APB. Avec la participation de Bernard Koehret, créateur d’APB.

Informations pratiques et ressources :

Journée d’étude « APB, cas d’école des algorithmes publics » :

Rapport sur les conditions d’ouverture d’Admission Post Bac, Etalab, avril 2017[:]