#GreenTech : retour sur les premiers hackathons du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer

Commentaires fermés sur #GreenTech : retour sur les premiers hackathons du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer
#GreenTech : retour sur les premiers hackathons du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer

Porté par l’expérience positive du Climate Change Challenge en 2015, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer a lancé au début de l’année 2016 sa démarche Green Tech en faveur des technologies vertes, au croisement des révolutions numérique et écologique. Deux hackathons ont déjà été organisés sur les données de la consommation d’énergie et les données de la biodiversité, avec le soutien d’Etalab.

La démarche Green Tech

La démarche Green Tech a été lancée en février 2016 par Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, et Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, pour rassembler les écosystèmes du numérique et de la transition écologique. Les outils numériques et les données permettent de développer de nouveaux services en faveur du dialogue environnemental et d’une croissance verte.

Dans le cadre de la Green Tech, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer lance un appel à projets dans huit secteurs clés : les économies d’énergie, les énergies renouvelables, les bâtiments, le transport, les risques, l’économie circulaire, la santé et la biodiversité. La mise en place de cette démarche s’appuie sur l’ouverture et la valorisation des données du ministère et de son réseau scientifique et technique, notamment par l’organisation de hackathons. Les projets retenus lors des hackathons et concours de start-ups sont susceptibles d’intégrer l’incubateur Green Tech créé par le ministère.

En savoir plus sur la Green Tech

Le hackathon #CompteurConnect sur la consommation d’énergie (du 20 au 22 mai)

Le premier hackathon organisé par le ministère dans le cadre de la Green Tech portait sur les données de consommation d’énergie, en lien avec les compteurs communicants, afin de favoriser le développement de nouveaux services de maîtrise de sa consommation d’énergie pour les usagers et les territoires. Le 15 mars, un barcamp avait permis d’identifier huit défis publiés sur le forum d’Etalab. C’est à ces défis que les participants du hackathon ont tenté de répondre pendant 48h à partir des données et des objets connectés mis à disposition par les partenaires de l’événement (ERDF, GRDF, l’ADEME, Ijenko et ThinkSmartGrids).

ERDF et GRDF ont mis à disposition des participants des données individuelles de consommation d’énergie de clients résidentiels et des données annuelles de consommation d’énergie à la maille IRIS. Ijenko a mis à disposition des données individuelles de consommation globale et par usage de clients résidentiels. En plus de ces données ouvertes exclusivement pendant le hackathon, les participants pouvaient utiliser les jeux de données en open data recensés sur data.gouv.fr en matière de consommation énergétique des bâtiments, d’énergie, d’immobilier et des données de contexte (données météo, données géographiques). La Direction des achats de l’État a notamment publié en open data les données de consommation électrique des bâtiments de dix ministères, au pas de temps dix minutes.

CCTrois lauréats ont été sélectionnés par un jury présidé par Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durable :

  • 1er prix : Eclipse est une solution mobile qui incite les utilisateurs du réseau électrique à s’effacer pendant les heures de pointe et qui récompense leurs efforts par l’attribution d’un jeton électronique.
  • 2ème prix : LeRéseau est une plateforme qui permet aux petits producteurs et aux consommateurs d’énergies renouvelables de tisser des liens au niveau local pour savoir d’où vient leur énergie.
  • 3ème prix : HomePulse est un tableau de bord énergétique permettant de prédire les factures d’énergie des bâtiments, de cibler des actions de rénovation thermique et de qualifier le potentiel d’effacement.

Ils ont été récompensés par Ségolène Royal le 31 mai, au ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

Par ailleurs, les partenaires du hackathon ont distingué trois projets coups de cœur :

  • JeComprendsMonEnergie.fr est une plateforme collaborative proposant aux usagers de partager leurs données énergétiques, les caractéristiques de leur logement et leurs éco-pratiques par territoire, pour mieux comprendre et optimiser leur consommation.
  • Joole est une plateforme web proposant aux usagers d’analyser leurs données afin de leur restituer ces informations sous une forme claire et compréhensible et de leur proposer des actions concrètes, personnalisables et mesurables pour plus d’efficacité énergétique et d’économies.
  • Touch&Move est un objet connecté qui prédit par algorithme la consommation du logement au lendemain et propose en fonction un scénario d’optimisation énergétique.

Le hackathon #HackBiodiv sur les données de la biodiversité (du 3 au 5 juin)

Le deuxième hackathon visait à faciliter l’émergence de nouveaux usages et développer des outils collaboratifs autour de l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), plate-forme nationale du système d’information sur la nature et les paysages (SINP). Il fait suite au projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages qui prévoit que les données des études d’impact soient ouvertes en open data, et répond ainsi à l’engagement 25 du Plan d’action national de la France pris dans le cadre du Partenariat pour un gouvernement ouvert.

En amont du hackathon, un barcamp a eu lieu le 14 avril afin d’identifier collectivement huit défis clés, listés sur le forum d’Etalab. Afin d’aider les participants à répondre à ces défis en concevant des services et outils innovants pour valoriser la biodiversité, Etalab a recensé sur data.gouv.fr une série de données utiles : des données de référence pour la biodiversité (provenant notamment du Muséum national d’histoire naturelle), des données de contexte et des données sectorielles ou locales.

05062016-_B POMPILI REMISE PRIX LAUREAT 1 INVASIVE ALERTTrois projets ont été primés lors de ce hackathon, qui s’est déroulé en présence de Barbara Pompili, secrétaire d’État en charge de la Biodiversité :

  • 1er prix : Invasiv’Alerte est une application interrogeant les réseaux sociaux à partir de certains mots clés afin de détecter et d’alerter sur la présence d’espèces invasives. Elle permet également à tout individu de signaler par des photos géolocalisées la présence de certaines espèces en interrogeant les bases du SINP.
  • 2ème prix : Green-Watch utilise une application d’intelligence artificielle de Google et les bases de données du SINP pour identifier le nom de l’espèce que l’on vient de photographier.
  • 3ème prix : Biosentinelle est un jeu en ligne complété par une action terrain, qui permet de lancer des défis pour repérer la biodiversité dans l’espace urbain.

Un dernier projet a reçu un coup de cœur :

  • Map-pollen est une application utilisant les données géolocalisées des différentes espèces d’arbres dans les bases du Muséum et dans celles de grandes villes comme Paris pour identifier les lieux particulièrement sujets aux pollens allergisants.

 

Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

À propos de l'auteur:

Etalab / SGMAP

Service du Premier ministre, au sein du Secrétariat Général pour la Modernisation de l'Action Publique, en charge de l'ouverture des données publiques et du gouvernement ouvert

Suivez-nous

Haut de page